Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly

Subscriber Log In

Email Address:    Password:    

Forgot your password?  Click Here

Home :: Archives :: Ad Rates / Tarifs Publicitaires :: Subscription / Abonnement :: Info :: Contact

Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly
 

Edition Electronique

Vol. 8, No. 10
Du  Sep  17  au  Sep 23. 2014

Electronic Edition

Kòrdinasyon Desalin: Conférence de presse

 

Haitiliberte
Le prix d’une trêve!
Par: Berthony Dupont

...

Depuis la trêve de Noël et de fin d’année 2013, la situation politique reste tendue. Le secteur hostile aux masses haïtiennes particulièrement le gouvernement de Martelly-Lamothe a profité de la saison carnavalesque au mois de février, puis de la Coupe du monde, pour jouir d’une pause politique à la faveur d’une baisse totale des manifestations fleuves exigeant son départ.

Les mercenaires ont prolongé leur trêve avec leur carnaval des fleurs et juste après, sont passés sans crier gare à la persécution politique d’Aristide, faisant de lui en quelque sorte un bouc émissaire afin de masquer leur banqueroute politique. Quand on connait la haine de ce gouvernement contre les masses populaires et plus précisément contre les partisans du parti Fanmi Lavalas, on s’est étonné d’entendre le directoire de ce parti, par la voix de Maryse Narcisse, donner tacitement son appui au régime Martelly en recommandant qu’on le laisse finir ses cinq ans, neutralisant ainsi la fougue populaire «bandée à l’arrière» pour en découdre avec la folle, arrogante et vicieuse aventure mickyste.

Grâce à la complaisance de Fanmi Lavalas, Martelly a finalement passé un cap difficile, et pour toute récompense, en guise de remerciement, il est revenu à la charge, plus ferme, plus décidé dans ses provocations contre Aristide. N’est-ce pas là le prix de cet appui gratuit que paie le leader lavalassien ? Et le pire est que Martelly et les forces obscures impériales ne s’arrêteront que le jour où ils auront fini par mettre la main sur lui. Voilà pourquoi désormais, ils utilisent les procédés les plus vils et les plus honteux pour tenter de l’anéantir tout en préparant l’opinion publique, jour après jour pour une telle éventualité. De jour en jour les menaces potentielles se muent en danger immédiat. Finalement, c’est un grand défi, supervisé par les « pays amis » d’Haiti que lance le secteur réactionnaire lié aux macouto-duvaliéristes à son vis-à-vis démocratique et tout particulièrement à la mouvance progressiste et révolutionnaire.

A ce stade quel devrait être notre attitude ? Nous, du journal, lorsque nous regardons la lutte du peuple haïtien, nous ne la voyons pas avec un regard neutre, cynique, qui se voudrait impartial. Loin de là ! Au contraire, nous la voyons en tant que partisans révolutionnaires décidés à ce que les choses changent pour vrai, exigeant un futur qui soit radicalement différent pour les masses populaires, meilleur que leur situation aujourd’hui et qui ne laisse le champ libre, même une seconde, aux réactionnaires.

Même quand le directoire pourri de Fanmi Lavalas est truffé de caméléons, pour ne pas dire constitué d’agents travaillant contre le secteur populaire et contre Aristide lui-même, nous ne pouvons pas laisser Martelly et les forces occupantes de la Minustah au service des puissances impérialistes venir les humilier ainsi à si bon compte.

Les masses populaires doivent rester vigilantes et prendre leur responsabilité ; autrement c’est le signal du début d’un autre calvaire de répression contre les forces progressistes et démocratiques du pays. L’étape présente devrait au moins être mise à profit pour préparer un rassemblement général, organisé des masses populaires ; tout en démasquant les faux prophètes et collaborateurs et en promouvant les vraies forces combattantes de demain.

Nous autres à Haiti Liberté, notre ligne politique ne varie pas au gré des vents conjoncturels. Nous sommes toujours restés conséquents avec nous-mêmes. Vu la tournure que prennent les dangereuses provocations du pouvoir, la lutte nous commande de reprendre les paroles attribuées au pasteur Niemöller, tout en espérant que ce message sera entendu, compris et mis en pratique par d’autres camarades de lutte :

«Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas catholique.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait personne pour protester.»

De quoi demain sera-t-il fait ? Qui seront les prochaines cibles ? Il n’est pas difficile de les énumérer : tous ceux qui refusent de céder à la domination étrangère, tous ceux qui disent NON aux pressions qui s’exercent sur eux pour s’aligner sur les positions impérialistes, qui refusent la servilité.

Nous devons coûte que coûte combattre ce régime pour ne pas le laisser perpétrer ses forfaits, notamment se tailler une base au Parlement afin d’assurer sa continuité politique. L’Haiti d’aujourd’hui n’a que faire de trafiquants. Elle a besoin d’hommes dignes et dynamiques capables de la conduire sur le droit chemin du développement dans une perspective socialiste, comme nous l’enseignent les gouvernements progressistes de l’Amérique latine tels Cuba, le Venezuela, l’Equateur, la Bolivie pour ne citer que ceux-là.

Posted on:
Vol. 8 • No. 9 • Du 10 au 16 Septembre 2014

 
 

Home | Archives | Ads/Publicites | Contact Us

 

Copyright © 2009 Haiti Liberte. All rights reserved
Site Design and Hosted by:All in One Office, LLC