Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly

Subscriber Log In

Email Address:    Password:    

Forgot your password?  Click Here

Home :: Archives :: Ad Rates / Tarifs Publicitaires :: Subscription / Abonnement :: Info :: Contact

Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly news
 

Edition Electronique

Vol. 8, No. 28
Du  Jan  21  au  Jan 27. 2015

Electronic Edition

Kòrdinasyon Desalin: Conférence de presse

 

Haitiliberte
La révolution est invincible !
Par: Berthony Dupont

...

Nous allons, qu’on le veuille ou non, vers une autre étape de la lutte ; vu que les derniers événements qui viennent de se dérouler dans le pays n’ont guère été une surprise, ni la conséquence d’un incident ou d’une petite étincelle incontrôlable et imprévisible. Cet acte de l’opéra à la fois bouffon et tragique du Conseil Électoral Provisoire, joué le 9 août, a été non seulement voulu, mais délibérément décidé, conformément à un plan mûrement réfléchi, patiemment élaboré et soigneusement mis en place. Il fait suite à toute une série de volte-face qui témoignent derrière les pompes et les fastes que les forces internationales impies qui dirigent le pays auront estimé que le moment sied à merveille pour s’assurer de la continuité du régime en place.

Ne voit-on pas maintenant comment tout s’est enchaîné en fin de compte pour atteindre des objectifs bien tracés d’avance dans le seul but de tout neutraliser et de tout paralyser au bénéfice des forces réactionnaires locales et internationales. Déjà on voit se profiler l’ombre d’un parlement croupion.

Et pourtant, nous avions bien dénoncé ces objectifs machiavéliques ; sauf que les cadres au sein de la soi-disant opposition avaient d’autres objectifs. Le fait est que les partis de l’opposition par esprit d’opportunisme et à cause de leur propension à collaborer avec l’ennemi des peuples, ont préféré s’illusionner à la pensée que les agents de l’impérialisme pourraient toujours leur faire cadeau d’une élection qu’ils proclameraient libre, honnête et crédible, sinon leur faire partager le gâteau. C’est du fait qu’ils ne considèrent pas l’impérialisme comme un ennemi, mais comme un patron auquel ils peuvent offrir un service meilleur, plus «efficace» que celui, désarticulé, offert par Martelly.

L’impérialisme à travers ces élections du 9 août a retrouvé son visage violent, et le fait le plus inattendu est que les victimes passent pour être les principaux responsables de la mascarade électorale. Et ce qui est triste, c’est que les partis de l’opposition vont tous l’accepter pourvu qu’on leur jette quelques miettes d’une participation au soi-disant second tour. Participation que le valet Pierre-Louis Opont a bien exécutée dans ses sélections!

Ces irresponsables politiques, amoureux de l’embourgeoisement et du luxe ne tireront aucune leçon tant ils sont de connivence avec la bourgeoisie bureaucratique et compradore, voire avec les capitalistes étrangers. Déjà, timidement et inlassablement, ils acceptent de courir après les présidentielles en se laissant aller aux mêmes funambulesques acrobaties, comme si rien ne s’était passé. Et Opont ne manquera pas de leur refaire la même mise en scène !

En toute logique, participer à ces élections à l’ombre des forces occupantes, c’est tout bonnement faire taire la voix des masses pour que s’élève, seule, celle des candidats. C’est abandonner le terrain d’une lutte multiforme pour faire antichambre dans les cabinets feutrés des ambassades occidentales et se livrer à des démarches secrètes à l’insu du peuple et sur son dos. Là on ne peut parler que de trahison. Ce n’est pas le peuple qui est dupe. Les dupes ce sont ces faux leaders, ces candidats saisonniers qui lient leur sort à l’impérialisme en pratiquant une politique de silence et de mystification ; ou bien encore en désacralisant la cause noble du peuple tout en prenant soin de l’amadouer de sorte qu’il ne puisse jamais être capable de découvrir la malice de ces bradeurs de pays.

Or, voici que le peuple a pris le contre-pied de leurs élections-sélections. Il leur a tourné le dos, le 9 août ; ce qui représente un signal fort à ces fantômes de candidats. C’est qu’il a mieux pris conscience de la réalité du danger, en assurant et organisant sa propre défense. Le peuple a montré sa volonté inébranlable de ne pas tolérer que ses droits soient foulés aux pieds, sa dignité bafouée, sa sécurité vitale menacée. Le peuple a compris, qu’on ne peut plus, qu’on ne doit plus composer avec des régimes ou des classes d’hommes qui en tout temps n’ont cessé de conspirer contre le pays depuis sa conquête de l’indépendance.

A ce stade la révolution ne fera point marche arrière, car elle est invincible ! Ce que l’opposition populiste et les classes dominantes ne veulent point admettre finira par leur éclater au visage. Ce système de soumission à la domination impériale qu’on essaie de nous imposer depuis 1806 est en fin de course, incapable de se renouveler, encore moins de se reproduire. C’est face à cette réalité que l’impérialisme est obligé d’être constamment présent sur le terrain pour nous faire avaler la pilule amère d’une interminable oppression afin d’empêcher que les forces populaires accouchent leur propre système dans le contexte de leurs aspirations sociales.

A ce carrefour historique, les progressistes révolutionnaires devraient continuer à rêver, à s’organiser, à faire feu de tout bois sans faillir contre les coups bas et les trahisons visant à provoquer l’irréparable. Il nous faut continuer à oser rebâtir l’avenir ! Cela devra être notre seul et obsessionnel objectif ; tout comme il sera nécessaire d’éviter les ornières des manœuvres politiciennes d’individus et de forces ralliés à la lutte par opportunité et non par conviction de l’idéal de changement.

Jusqu’à aujourd’hui encore, à l’horizon ne pointe encore aucun secteur révolutionnairement organisé et prêt à combattre les forces de l’obscurantisme impérial. Nous avons pleinement et publiquement appuyé les efforts en ce sens au sein de la Coordination Dessalines (KOD) ; mais, au moment opportun, l’ennemi, par ses agents qui avaient infiltré le mouvement, a déstabilisé la dynamique des gains réalisés pour que nous ne puissions en bénéficier.

Face à cette déconvenue, nous avons certes perdu une bataille, mais pas la guerre. La révolution haïtienne sort renforcée de cette lutte politique d’autant qu’elle rétrécit davantage la marge de manœuvre de la réaction interne et de l’impérialisme. Nous ne sommes en aucun cas déçus ; d’autant que la trahison fait partie de la lutte, une lutte que nous savons être complexe puis qu’elle va être longue.

La cause de la libération nationale d’un peuple est indivisible. Notre combat contre le colonialisme et l’impérialisme reste et demeure encore l’élément fondamental de notre stratégie. Nous continuerons sans désemparer la lutte en nous basant sur notre détermination, notre conscience et la force créatrice du peuple haïtien.

Posted on:
Vol. 9 • No. 7 • Du 26 Août au 1er Septembre 2015

 
 

Home | Archives | Ads/Publicites | Contact Us

 

Copyright © 2009 Haiti Liberte. All rights reserved
Site Design and Hosted by:All in One Office, LLC