Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly

Subscriber Log In

Email Address:    Password:    

Forgot your password?  Click Here

Home :: Archives :: Ad Rates / Tarifs Publicitaires :: Subscription / Abonnement :: Info :: Contact

Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly news
 

Edition Electronique

Vol. 8, No. 28
Du  Jan  21  au  Jan 27. 2015

Electronic Edition

Kòrdinasyon Desalin: Conférence de presse

 

Haitiliberte
Des élections illustrant le nouveau colonialisme déguisé!
Par: Berthony Dupont

...

Nous sommes en 2015, l’année du centenaire de la première occupation du pays par les Etats-Unis d’Amérique. Occupation qui continue encore via la Minustah. Les élections annoncées vont nous permettre d’établir et de démontrer à quel point se sont développées la conscience et la mentalité colonisées de la classe politique et la longue pratique antipopulaire du pouvoir dans tous les domaines.

Tout a été fait pour arriver à ce point, soit par le silence complice d’un secteur, soit par l’opportunisme d’autres afin que le colonialisme continue à nous étouffer pour écraser la capacité de lutte de notre peuple, afin de le rendre politiquement impotent. Ces dirigeants, ayant perdu toute confiance dans les potentialités populaires, ne peuvent pas vivre libres et indépendants sans lier leur sort à celui des grandes puissances impérialistes. En réalité, tous les soubresauts qu’on a vécus jusqu’ici sont en fait l’expression d’un véritable complot de classe pour anéantir la lutte du peuple haïtien par le règne sauvage de l’exploitation, de la misère, de l’oppression, de l’infamie et de l’humiliation. Tout a été fait pour priver le peuple haïtien de sa personnalité afin de le transformer en un esclave moderne sur ses propres terres par les anciens esclavagistes occidentaux.

Le climat politique actuel tourmenté et menaçant qui prévaut depuis l’annonce des élections a fait éclater une contradiction fondamentale entre les intérêts du peuple haïtien et ceux d’une classe sociale et politique au service des intérêts étrangers. Le coup de tonnerre né des récentes déclarations des bailleurs de fonds sur la réduction du nombre d’entités politiques qui prendront part aux élections est annonciateur de l’imminence de violents orages. Les forces occupantes derrière les rideaux font la loi, piégeant par ainsi et le Conseil Electoral Provisoire, et le Gouvernement et les différents protagonistes qui s’attendaient à prendre part aux élections.

Déjà, les candidats se sont montrés inquiets, de peur qu’il n’y ait pas d’élections ; par contre ils ne sont pas inquiétés quant à la dépendance du pays face aux bailleurs de fonds étrangers qui par leurs diktats exposent clairement la confusion qui existe au sein de cette machine électorale. Les pays impérialistes par leurs diktats allument et entretiennent de nouveaux foyers de tensions et de troubles ; autant de crises pour continuer à couvrir Haïti de tant de honte. Seule une petite minorité dont nous faisons fièrement partie s’abstient de ce breuvage amer. Aucun de ceux qui se sont embarqués dans la chance électorale de la honte n’éprouve aucune répulsion à la puanteur qui se dégage sous leur nez.

Cette simple observation en dit long sur la nature de cette classe politique qui ignore que ce colonialisme déguisé est totalement plus dangereux que l’ancien. Ce qu’il cherche n’est autre que la continuité de sa politique avec ou sans Martelly. Déjà, il n’écarte pas la possibilité d’un quelconque gouvernement de transition de trois ans avec les secteurs les plus vendus de la classe politique afin de remplacer Martelly même avant la fin de son mandat, tout en se gardant de monter éventuellement une Assemblée Constituante qui lui garantisse la haute main, la légitimité constitutionnelle de piller et de contrôler le pays. Qui finance commande ; d’autant que les fonds alloués aux élections sont gérés par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) mais non par le Conseil électoral provisoire. Quelle aberration !

C’est à partir de cette mainmise qu’il faut penser à l’avenir du pays et non pas dans les tentatives aussi illusoires que vaines de colmater les brèches électorales. De nouvelles formes de luttes sont à imposer afin que le mouvement populaire ne se fourvoie dans l’impasse inopportune des élections.

Aujourd’hui plus qu’avant, nous vivons une étape décisive qui nous engage à combattre ce phénomène de tutelle, si nous voulons être réellement indépendants. Les élections n’entrainent pas ipso facto la fin du colonialisme ni l’avènement d’une société plus juste et économiquement prospère. Pour réaliser l’indépendance véritable et atteindre les objectifs fondamentaux, il nous faut le développement d’une société nouvelle d’où sera bannie l’exploitation de l’homme par l’homme, afin d’éradiquer toutes formes d’injustice d’oppression et de domination ; il nous faut opérer des transformations drastiques, révolutionnaires, dynamiter les vieilles structures et dynamiser un nouvel ordre démocratique et populaire.

Tant qu’on ne sera pas conscient de ces facteurs, élections ou transitions, sous quelque forme que ce soit, seront vouées irrémédiablement à l’échec. Ce n’est pas le verbiage démagogique de certains candidats qui fera reculer la tutelle et mettre fin à leur dessein macabre pour notre pays. La libération nationale est inséparable de la révolution sociale ; sinon c’est accepter la tutelle et continuer à évoluer sous les agissements de certains de nos dirigeants qui ont tout fait pour favoriser la domination étrangère.

Notre responsabilité à nous militants de la justice et de la liberté doit imprégner toute la vie quotidienne car le changement fondamental est un combat de tous les jours qui doit coûte que coûte passer par le départ de Martelly, le départ des forces occupantes des Nations-Unies et par une opposition par tous les moyens possibles et imaginables à toute transition que concoctent l’international et certains partis politiques pour maintenir intact le statu quo ante.

Posted on:
Vol. 8 • No. 40 • Du 15 au 21 Avril 2015

 
 

Home | Archives | Ads/Publicites | Contact Us

 

Copyright © 2009 Haiti Liberte. All rights reserved
Site Design and Hosted by:All in One Office, LLC