Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly

Subscriber Log In

Email Address:    Password:    

Forgot your password?  Click Here

Home :: Archives :: Ad Rates / Tarifs Publicitaires :: Subscription / Abonnement :: Info :: Contact

Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly
 

Edition Electronique

Vol. 8, No. 7
Du  Aug 27  au  Sep 2. 2014

Electronic Edition

Kòrdinasyon Desalin: Conférence de presse

 

Haitiliberte
Le grand tournant : dialogue ou confrontation?
Par: Berthony Dupont

...

La situation politique qui continue de dégénérer dans le pays n’aura qu’un seul grand gagnant: les forces impériales, particulièrement leur chef de file, les États-Unis d’Amérique. Que les élections aient lieu ou non, ils n’auront pas un trop grand obstacle à surmonter. Mais quand même ils auraient préféré que les élections se réalisent parce que, cela leur rendrait la tâche non seulement plus facile, mais également légitime, à savoir que le régime légaliserait leur rôle de domination dans le pays.

Ainsi, au grand dam des secteurs hostiles au progrès et à l’avancement du peuple haïtien, des tractations se font de part et d’autre ; sauf pour aboutir à un quelconque obstacle qui pourrait entraver les manœuvres et machinations désastreuses des forces occupantes. Il est grand temps que des solutions politiques se dégagent dans cette crise qui sévit depuis belle lurette dans le pays. Alors pour l’édification de nos lecteurs, dressons donc le tableau de la situation politique.

Six sénateurs de l’opposition au régime de Martelly-Lamothe réclament la formation d'un nouveau Conseil Électoral Provisoire (CEP) suivant les prescrits de la Constitution amendée. Ces six sénateurs communément connus comme le groupe des 6, le G6, sont : Jean-Baptiste Bien-Aimé (Nord-Est), Moïse Jean-Charles (Nord), Francky Exius (Sud), Wesner Polycarpe (Nord), John Joël Joseph (Ouest) et Jean William Jeanty (Nippes). Remuant le couteau dans la plaie, ce qui ne fait pas l’affaire du pouvoir et de ses alliés internationaux, ils exigent que l'organisme respecte les prescrits de l'article 289 et que le CEP ne devrait se constituer avec aucun membre du pouvoir législatif, du pouvoir exécutif et du pouvoir judiciaire, mais de personnalités désignées par la société civile.

Aucune décision n’est encore prise, si ce n’est l’attente du côté du pouvoir; mais déjà, certaines conclusions des boutefeux sont à l’œuvre. Il y a tout d’abord, la proposition d’une nouvelle négociation par les sénateurs Dieuseul Simon Desras et Steven Irvenson Benoît entre le pouvoir, le G6 et certains partis de l’opposition comme par exemple Inite, Fanmi Lavalas, Mopod, Ayisyen pou Ayiti, Fusion et Kontra pèp la. Une proposition sans nulle doute rejetée par le pouvoir. Ainsi d’autres ont fait surface, comme par exemple l’application de l’accord d’El Rancho comme le souligne Pierre Michel Brunache, porte parole du Premier Ministre avançant que « le gouvernement souhaite au cours de cette semaine réaliser le consensus pour l'application de l'article 12 de l'accord d'El Rancho ».

Ainsi face au blocage législatif du G6, un autre groupe est en chantier. Il s’agit du G5 initié par le sénateur Edwin Zenny, proche du gouvernement. « Nous allons débloquer le pays » a-t-il déclaré en proposant la démission de 5 autres sénateurs afin de rendre le grand corps « dysfonctionnel » Proposition pompeusement baptisée « hautement patriotique » par Pierre Michel Brunache. « Pour l’intérêt supérieur de la nation, il nous faut prendre des mesures qui vont au-delà des intérêts individuels ou d’un petit groupe » ajouta t-il. Les quatre autres sénateurs qui auront à accompagner Zenny au G5 seront très probablement Derex Pierre Louis, Willy Jean Baptiste, Lucas Saint Vil et Wenceslass Lambert. Ce plan se heurtera pour sur à la volonté et à l’objectif de la coalition des partis politiques de l’opposition susmentionnés.

A ce point là, assistera-t-on à de nouvelles médiations à l’instar de la mascarade de El Rancho ? Assurément non ! Est-ce que ce sera le dialogue ? Est-ce que ce sera la confrontation ? Certainement, il n’y aura plus de dialogue pour partager le gâteau électoral ; mais confrontation entre les pouvoirs qui contribueront à la consolidation de l’emprise de l’impérialisme qui pèsera de plus en plus sur le pays. Des éléments qui risquent de provoquer une crise majeure sont donc réunis entre les courtiers du régime et les vis-à-vis de l’opposition. Il est maintenant évident que ceux qui entendent tirer leurs marrons du feu profitent de ce conflit et s’organisent davantage.

Comme rien n’est encore joué, les semaines à venir seront décisives. A ce stade, quelle devrait être la position du secteur populaire ? Les organisations et partis populaires anti-impérialistes ne devraient pas laisser passer cette aubaine pour sceller l’échec politique du pouvoir Martelly-Lamothe et de la force d’occupation. Cette confrontation, doit soulever l’indignation quasi-générale des masses populaires et dans tous les sens elle devrait alimenter et renforcer la mobilisation pour le renversement de ce régime. Il faut que les forces de la nation, conscientes, patriotes, particulièrement les forces populaires, s’organisent pour reprendre le chemin de la mobilisation ; à commencer par le sit-in du Parti de la Coordination Dessalines (KOD) le vendredi 29 Août prochain devant le ministère de l’Injustice que dirige Jean Renel Sanon pour lui demander la liste complète et les photos des évadés de la Croix des Bouquets.

Il est impératif que nous continuions à exiger le départ des forces occupantes de la Minustah, vu qu’elles sont les principales responsables de l’effondrement politique du pays. Nous n’avons rien à perdre mais tout à gagner. Il nous faut effacer ce tableau combien sombre, décadent de la politique de pillage néo-colonial, pour finir par neutraliser et mettre hors d’état de nuire nos ennemis.

Face à ce tournant, nous n’avons qu’un seul choix pour sauver ce pays: combattre ce gouvernement afin d’assurer la mise en œuvre d’un gouvernement populaire de transition, courageux et implacable, pouvant organiser des élections générales dans le pays.

Aucune négociation ou dialogue n’est plus possible ! Aucune solution n’est viable sans le départ des forces occupantes et de la clique à Martelly/Lamothe.

Forces patriotiques et démocratiques de la nation, en avant pour le coup de balai final !

Posted on:
Vol. 8 • No. 7 • Du 27 Août au 2 Septembre 2014

 
 

Home | Archives | Ads/Publicites | Contact Us

 

Copyright © 2009 Haiti Liberte. All rights reserved
Site Design and Hosted by:All in One Office, LLC