Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly

Subscriber Log In

Email Address:    Password:    

Forgot your password?  Click Here

Home :: Archives :: Ad Rates / Tarifs Publicitaires :: Subscription / Abonnement :: Info :: Contact

Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly
 

Edition Electronique

Vol. 8, No. 3
Du  Juil 30  au  Aug 5. 2014

Electronic Edition

Kòrdinasyon Desalin: Conférence de presse

 

Haitiliberte
Les enjeux de la déstabilisation!
Par: Berthony Dupont

...

Après la Somalie, le Darfour, l’Ethiopie et l’Irak, la Libye est actuellement en pleine ébullition. Comme il était facilement prévisible, les convoitises des pays impérialistes et de leurs agents locaux n’étaient autres que de détruire ce pays. Ainsi, depuis leur assassinat en 2011 du père de la révolution Libyenne, Mouammar Kadhafi, ce pays sombre dans le désordre anarchique de toutes ces différentes milices qui avaient reçu de l'assistance pour se battre contre Kadhafi mais qui se retournent maintenant les unes contre les autres.

Cette semaine, les vautours impériaux dont les Etats-Unis, la France, le Canada, le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Italie et le Portugal ont annoncé non seulement qu’ils vont fermer leur ambassade en Libye, mais ont demandé également à leurs ressortissants de quitter ce pays, en raison des violences et de la dégradation de la situation sécuritaire ; sans avoir eu le courage de dire qu’ils sont les véritables responsables de cette anarchie, puisqu’ils avaient tout fait pour créer les conditions d’une guerre civile sauvage et chaotique. N’est ce pas le moment de rappeler la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU adoptée le 26 février 2011 autorisant le recours à la force contre le régime de Kadhafi, engendrant les raids aériens de l’Otan ? Sept mois de bombardements aériens, 26.323 sorties, 9.658 raids de bombardement, 7.700 bombes et missiles tirés sur la Libye, jusque là stable.

Haïti n’est pas exempte d’une telle situation d’anarchie, considérant les différents gangs liés au pouvoir qui occupent le haut du pavé, et l’occupation onusienne qui les tolère en sous-main. Ces ennemis de la liberté des peuples, pour ne pas dire ces loups affamés occidentaux quand ils s’engouffrent dans une bergerie, ce n’est jamais pour faire la paix, mais pour la déstabilisation totale jusqu’à ce que guerre s’en suive. A ce compte, nous pouvons plus ou moins comprendre l’objectif des deux derniers coups d’Etat en Haiti et de plus le rôle qu’a toujours joué la mission onusienne de stabilisation qui n’est autre qu’une force d’occupation et de déstabilisation propre à cacher les mains criminelles occidentales particulièrement celles du triumvirat Etats-Unis, France et Canada.

Depuis le coup d’Etat du 30 septembre 1990, on se souvient qu’ils avaient lancé à l’assaut du peuple haïtien de fieffés mercenaires, des trafiquants de drogue, des assaillants chevronnés tels que : Emmanuel Toto Constant, Louis Jodel Chamblain, Michel François, Joseph Michel Martelly, Guy Philippe, Ravix Ramissainthe pour ne citer que ces tristes et veules échantillons.

Le pays est occupé par la Minustah depuis 10 années au cours desquelles il n’y a jamais eu d’élections démocratiques. Raisonnablement, quand on perd sa souveraineté, on ne peut rien faire qui soit libre, honnête et crédible, rien qui ait la marque de choix souverains. Le rôle des forces occupantes, c’est d’accompagner le régime en place afin qu’il impose de fausses données pour légitimer de faux résultats. Les élections de 2010, en facilitant aussi la validation d’un faux président en la personne du grotesque Michel Joseph Martelly équivalent bel et bien à un crime contre l’Humanité, et aussi un crime de lèse-patrie.

Allons nous donc accepter d’embrasser les «élections» supposées d’octobre, nous emmenant à valider l’inacceptable, tandis que les responsables feignent l’ignorance face à des malversations de coulisse, malgré tous les cris de protestation venant de toutes parts de la population ! Les élections que nous prépare la Communauté Internationale en ces temps-ci ne visent qu’à salir davantage l’image du pays et à opposer les éléments des masses populaires les uns aux autres afin d’allumer et d’entretenir de nouveaux foyers de tensions et de troubles au sein du peuple.

Les différents groupes de gangs qui déstabilisent la Capitale, notamment dans les quartiers populaires, soit à Bel-air, Grand Ravine, ou Cité Soleil ne sont-ils pas la résultante de la déstabilisation entamée pour nous faire sombrer davantage dans l’horreur ? Les chefs de gang proches du gouvernement tels Clifford Brandt, Woodley Ethéard alias Sonson la Familia ne sont-ils pas dans une prison dorée se la coulant douce quelque part à la Croix des Bouquets ! Pourquoi, jusqu’à ce jour, n’avons-nous rien entendu qui soit en rapport avec un quelconque jugement de ces deux larrons ?

C’est seulement dans un pays où les gangs font la loi qu’un homme aussi proche du pouvoir comme Evinx Daniel, ait pu disparaître sans laisser de traces; tandis que la présidence fait la sourde oreille et reste muette, alors que quelques semaines auparavant le président dormait chez son asòs. Et que dire de la justice restée impassible et impavide sans mettre aucune action en mouvement. L’assassinat de Mackendy François, plus connu sous son nom de chef de gang « Ti kenkenn », par son lieutenant Joseph Kénold Junior, alias « Junior Doy » est une autre preuve montrant combien le pays est infesté de bandits et sombre dans plus de déstabilisation. Qui pis est, ces voyous sont financièrement soutenus par des partis politiques ainsi que par des ONG. A bien considérer cet encouragement tacite à la violence anarchique des gangs, ce n’est pas sans raison que les villes sont abandonnées, que la misère s’est installée, que les kidnappings sont monnaie courante, que les assassinats ciblés ou non sont devenus habituels, ce, juste pour terroriser les masses populaires.

C’est vrai qu’aujourd’hui plus que jamais, face à ce bilan d’atrocités et de faillite, l’heure est grave devant cette situation d’encouragement à la violence anarchique qui risque de devenir irréversible. Les puissances occupantes approuvent et appuient tout ce que fait le régime de Martelly-Lamothe et pourtant à maintes reprises, elles annoncent aux ressortissants Américains, Canadiens ou Français par un communiqué de leur ambassade le «danger» du banditisme en Haïti.

Le sort tragique qui est fait aujourd’hui aux masses populaires de la Libye est de même source que celui fait au peuple haïtien et à tous les peuples appauvris, affamés. Nous devons lutter contre ces forces occupantes, car il n’y a pas de « fatalité », pas de « malédiction ». Ce qu’il nous faut reconnaître, c’est de lutter et de combattre le pouvoir de nuisance et de mort du système capitaliste !

Posted on:
Vol. 8 • No. 3 • Du 30 Juillet au 4 Août 2014

 
 

Home | Archives | Ads/Publicites | Contact Us

 

Copyright © 2009 Haiti Liberte. All rights reserved
Site Design and Hosted by:All in One Office, LLC