Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly

Subscriber Log In

Email Address:    Password:    

Forgot your password?  Click Here

Home :: Archives :: Ad Rates / Tarifs Publicitaires :: Subscription / Abonnement :: Info :: Contact

ARCHIVE DE GRANDS TITRES

Haiti-Liberte

Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly news
 

Edition Electronique

Vol. 8, No. 28
Du  Jan  21  au  Jan 27. 2015

Electronic Edition

Kòrdinasyon Desalin: Conférence de presse

 

 Vol. 7 • No. 9 • Du 11 au 17 Septembre 2013

   

Mobilisation générale contre le régimeMartelly-Lamothe !

Par Isabelle L. Papillon
 

...

Des organisations populaires appellent à la mobilisation générale contre le régime rétrograde, anti-démocratique, macouto-bourgeois de Martelly-Lamothe. Selon le constat des organisations populaires sur la situation politique du pays, aucune élection n’est possible avec un tel régime à la tête du pays. Le processus de vote du projet de loi électorale au Parlement haïtien ne mènera nulle part, car le Pouvoir exécutif veut à tout prix dissoudre le Pouvoir législatif, pour lui permettre de diriger le pays par décrets.

            Les dirigeants des organisations telles : Kòdinasyon Desalin (KOD), Tetkole Oganizasyon Popilè yo, Mouvman pou Libète, Egalite ak Fratènite tout Ayisyen (MOLEGHAF), Platfom Nasyonal Popilè (PNP), Mouvement pour la survie de la Société Haïtienne (MOSSOH), Oganizasyon Jèn Pwogresis Avni Poupla (OJPAP), Oganizasyon pou pwogrè Nasyonal (OPNA), Gran Espas Refleksyon pou Entegrasyon Sosyal (GERES), Militan Reveye pou yon lòt Ayiti (MRH), KOLE ZEPOL, s’opposent catégoriquement aux projets anti-peuple des deux ailes de la classe dominante, sous la domination des forces d’occupation de la MINUSTAH et des puissances impérialistes. D’une part, on retrouve le projet anti-démocratique, dictatorial et fasciste incarné par la bande à Martelly, et, d’autre part le projet de la démocratie bourgeoise importée, caressée par une partie de la classe politique traditionnelle.

            Dans cet d’ordre d’idées, les dirigeants de ces organisations populaires apportent leur plein soutien aux 13 valeureux députés qui ont signé l’acte de mise en accusation du président Michel Joseph Martelly et du Premier ministre Laurent Salvador Lamothe et demandent aux députés de PSP d’assumer leurs responsabilités face à l’histoire.

            C’est dans cette perspective que la mobilisation générale a été lancée au début de la semaine pour contraindre l’équipe kaletèt à se démettre de ses fonctions, pour violation des lois de la République, le refus d’organiser des élections pour assurer l’alternance démocratique, le non-respect du principe fondamental de séparation des pouvoirs publics et les velléités d’instaurer un régime anti-démocratique dans le pays.

            Lors d’une conférence de presse ce lundi 9 septembre 2013, à Port-au-Prince, les conférenciers au nom de ces organisations populaires exigent le départ inconditionnel du régime kaletèt du pouvoir ; la mise en place d’un gouvernement provisoire d’unité nationale, avec la participation de tous les secteurs vitaux de la vie nationale. Ce gouvernement aura pour mission entre autres, l’organisation des élections libres pour les postes vacants et d’engager le processus de la récupération de la souveraineté nationale.

            Me Mario Joseph salue le courage des 13 députés, en l’occurrence : Levaillant Louis-Jeune, Sadrac Dieudonne, Jean Danton Leger, Jacinthe Sorel, Patrick Joseph, Arnel Belizaire, Dorgil Jusclaire, Jules Lionel Anelus, Faustin Poly, Guerda B. Benjamin, Dieujuste Johnson, Denius Francenet et Sinal Bertrand, qui ont signé la mise en accusation de Martelly et Lamothe. Il lance un dernier appel  aux députés de PSP pour qu’ils cessent de faire preuve d’être des parlementaires-j’approuve, pour se mettre du côté du peuple haïtien pour échapper à la vindicte de l’histoire. Dans le cas contraire la population de chaque circonscription des députés de PSP doit se soulever contre ces mandataires qui ne respectent pas leur mandat et votent des lois contre la classe ouvrière et les masses populaires, pour faire plaisir au président et au Premier ministre.

            Oxygène David, de son côté, rappelle la date sombre et noire du 11 septembre 1988 à Saint-Jean Bosco où les sbires du régime dictatorial des Duvalier portant brassards rouges ou roses avaient commis toutes sortes de crimes contre des fidèles de l’église catholique venus s’adresser à Dieu pour lui demander de conduire le pays vers le chemin de la libération totale. Il dénonce d’une part le projet anti-démocratique du régime kaletet qui se manifeste de façon arrogante et criminelle. Il cite comme exemple, l’assassinat du juge Jean Serge Joseph, l’arrestation arbitraire des deux frères Florestal, la tentative d’arrestation de Mes André Michel et Newton Saint-Juste, et, d’autre part le projet de démocratie bourgeoise(pèpè) imposée par la communauté internationale à travers ses laquais locaux de la classe dirigeante. Il appelle à la mobilisation générale contre ces deux projets anti-peuple et anti-changement. Il a fait savoir, en outre, que ces organisations prendront toutes les dispositions pour mettre en place un gouvernement provisoire capable de répondre aux revendications populaires.

            Pour le sénateur Moise Jean-Charles, aucune élection n’est possible avec ce régime et qui fait l’objet de nombreuses dénonciations pour son implication dans des actes criminels et immoraux et qui compromet l’avenir du peuple haïtien. Il dénonce également un certain secteur de la communauté internationale et de la classe politique traditionnelle, qui, malgré toutes les dérives du régime de Martelly, continue d’exiger des élections sous la direction d’un tel pouvoir.

            C’est faux selon lui. Même si Martelly fait semblant de vouloir organiser des élections, le projet de loi électorale en cours de vote au Parlement, c’est de la démagogie. Martelly n’a qu’un projet : dissoudre le Parlement et rétablir un régime dictatorial contre le peuple haïtien. Face à cette situation, il appelle une fois de plus à la mobilisation générale dans tout le pays pour parvenir à renverser le pouvoir de Martelly-Lamothe.

             Dans cette perspective, un forum populaire est prévu pour le dimanche 29 septembre prochain à Port-au-Prince et une grande manifestation devrait être organisée le lundi 30 septembre, à l’occasion du 22eme anniversaire du coup d’Etat criminel des ex-forces armées d’Haïti sous la direction des grandes puissances impérialistes, pour exiger le départ de Martelly. Déjà, des organisations populaires ont annoncé des manifestations et sit-in pour le mercredi 11 et le jeudi 12 septembre 2013, dans ce même ordre d’idées.

            Il faut rappeler  que le samedi 7 septembre dernier, il y avait une grande manifestation à Miragoane contre Martelly, à l’occasion du 10ème anniversaire du département des Nippes. C’était en septembre 2003, le président Jean-Bertrand Aristide avait fait élever la région des Nippes au niveau de Département devenant ainsi le 10eme Département du pays. A Jacmel et à Cité Soleil, il y avait également des manifestations pour exiger de l’électricité, de l’emploi et contre la faim, la misère, l’insécurité et le départ de Martelly.
 
 
Vol. 7 • No. 9 • Du 11 au 17 Septembre 2013
 

Home | Archives | Ads/Publicites | Contact Us

 

Copyright © 2009 Haiti Liberte. All rights reserved
Site Design and Hosted by:All in One Office, LLC

 
 
comments powered by Disqus