Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly

Subscriber Log In

Email Address:    Password:    

Forgot your password?  Click Here

Home :: Archives :: Ad Rates / Tarifs Publicitaires :: Subscription / Abonnement :: Info :: Contact

ARCHIVE DE GRANDS TITRES

Haiti Liberte: Hebdomadaire Haitien / Haitian weekly
 

Edition Electronique

Vol. 8, No. 7
Du  Aug 27  au  Sep 2. 2014

Electronic Edition

Kòrdinasyon Desalin: Conférence de presse

 

   

 

Le 1er juin

Haïti Liberté commence la publication de câbles
de WikiLeaks sur Haïti

 

Cette semaine, Haïti Liberté entame la publication d’une série d’articles tirés de 1 918 câbles diplomatiques à propos d’Haïti, provenant d’ambassades des États-Unis situées à travers le monde. Ils ont été obtenus par le groupe de défense de la transparence, WikiLeaks, et mis à la disposition d’Haïti Liberté.

Ces câbles couvrent une période de près de sept ans à partir du 17 avril 2003, dix mois avant le coup d'État du 29 février 2004, qui a renversé le président Jean-Bertrand Aristide, jusqu’au 28 février 2010, juste après le tremblement de terre du 12 janvier qui a dévasté la capitale, Port-au-Prince, et les villes avoisinantes.

Les câbles de l’ambassade de Port-au-Prince, qui auraient pu faire la lumière sur le rôle qu’ont joué les É.-U. dans le coup d’État de 2004, malheureusement ne débutent qu’en mars 2005, bien qu’il y en ait un qui date de mars 2004.

Ces câbles vont de la classification “Secret” et “Confidentiel” à “Non classifié.” Ceux de cette dernière catégorie n’ont pas été rendus publics, et plusieurs portent encore la mention “Pour usage officiel seulement” ou “Confidentiel.

Tout en ne révélant rien des opérations de la CIA, militaires ou “de coulisses”, ces câbles lèvent le voile sur les stratégies et manœuvres officielles des États-Unis en Haïti durant les années du coup d’État (2004-2006) et la période postérieure à l’élection du président René Préval (2006-2010). Nous voyons l’obsession de Washington à vouloir maintenir Aristide hors d’Haïti et de l’hémisphère, le télescope qu’il garde braqué sur les bidonvilles en révolte tels que Cité Soleil et Bel Air, et son étroite supervision de la direction de la police haïtienne, de la sélection des agents, et des 10500 membres de la force d’occupation des Nations unies connue comme la Mission des Nations unies pour la stabilisation d’Haïti (MINUSTAH).

Des diplomates y font de candides réflexions au sujet d’autres ambassadeurs et de politiciens haïtiens, de membres du gouvernement et autres personnages publics. Leurs déclarations sont parfois édifiantes; parfois arrogantes, à usage personnel, ou tout à fait fausses.

Il en ressort une image montrant jusqu’où va l’entêtement de Washington pour parvenir à diriger économiquement et politiquement le premier pays souverain de l’Amérique latine, spécialement à la lumière du coup d’État de 2004. Mais elles mettent également en lumière la fière résistance que lui oppose à sa manière le peuple haïtien.

Les câbles indiquent aussi de quelle façon Haïti représente sans doute le terrain de prédilection de l’hémisphère occidental pour les affrontements Nord-Sud et les intrigues Est-Ouest. Washington et Paris se positionnent face à Caracas et La Havane, particulièrement en ce qui a trait au pétrole, et la Chine et le vassal de Washington, autrement dit Taiwan, sont engagés dans un féroce bras de fer diplomatique qui menace de faire dérailler la mission militaire de l’ONU en Haïti.

À l’origine, en novembre 2010, WikiLeaks commençait à rendre publics les 251 287 câbles en provenance d’ambassades des États-Unis obtenus l’année dernière (la plus vaste série de documents confidentiels jamais versés dans le domaine public) en les remettant à des quotidiens à grand tirage tels que le New York Times, The Guardian et Der Spiegel.

À présent, WikiLeaks choisit des médias de plusieurs autres pays à qui confier les câbles des ambassades étatsuniennes concernant leur pays respectif. Haïti Liberté s’honore de se voir confier par WikiLeaks la diffusion des câbles concernant Haïti. Nous sommes tout aussi fier de faire équipe avec The Nation, le plus ancien magazine publié sans interruption aux États-Unis, pour la publication et la distribution de la version anglaise de la couverture d’Haïti Liberté concernant WikiLeaks.

Quand Haïti Liberté publiera un article, les câbles dont nous l’aurons tiré paraitront dans leur intégralité sur le site de WikiLeaks (www.wikileaks.ch).  Cependant, en certains cas, notre Rédaction pourra biffer le nom d’une personne si cela s’avère nécessaire pour la sécurité de cette dernière. En ce sens, la nouvelle approche de WikiLeaks d’agencer ses câbles pour un pays spécifique est tout à fait appropriée: un journal haïtien est plus à même de juger ce qu’il vaut bien la peine de présenter de ces câbles qui ont rapport avec Haïti.

En résumé, les câbles offrent beaucoup d’indices quant aux agissements de Washington en Haïti, du coup d’État paramilitaire et des forces spéciales en 2004 au coup d’État électoral qui a conduit à la présidence le néo-duvaliériste Michel Martelly en 2011. C’est l’histoire de la contre offensive de l’Empire face à la révolte acharnée d’une nation, que Washington s’est arrangé à l’occasion pour cloîtrer, mais sans jamais parvenir à la dompter.

 
 

 
Vol. 4 No. 46 • Du 1er au 7 Juin 2011
 

Home | Archives | Ads/Publicites | Contact Us

 

Copyright © 2009 Haiti Liberte. All rights reserved
Site Design and Hosted by:All in One Office, LLC