Home  |  About Us  |  Topics  |  Contact Us
Haiti Liberte Logo
  JUSTICE . VERITE . INDEPENDANCE
 
Faire un Don
pict
 
Haiti Liberte
 Member Log in
Email Address

Password:


...
 
Edition Electronique
Vol. 10 • No. 26 •
Du 4 Jan  au  10 Jan 2017
Electronic Edition
pict 
Notre Editorial
 
English Wikileaks Wikileaks en français Wikileaks
 
 
 
Vol. 4 No. 24 • Du 29 décembre 2010 au 4 janvier 2
Une accusation ridicule pour la vitrine des impérialistes !
Berthony Dupont

 
 
EDITORIAL
Il ne semble pas oiseux de s’interroger sur le comportement de certaines organisations ou mouvements sociaux du pays, au moment surtout où un front uni semble urgent et indispensable au sein des forces progressistes pour combattre non seulement l’occupation des forces de l’ONU mais pour essayer d’établir une certaine démocratie à orientation populaire et révolutionnaire dans le pays. Est-ce dans cette optique que différentes organisations telles que : Modep, Cath, Krd, Batay ouvriye, Greaal, Inivèsite popilè, Konka, Sek gramsci, Antèn ouvriye, Staia, Bourad, Pati kan pèp la, Tèt kole ti peyizan ayisyen, Asid, Bri kouri, Frakka ont publié cette semaine leur position conjointe sur la conjoncture politique.<p> La note nous a paru un peu positive c’est pourquoi nous avons choisi de la publier (Voir page 6). Cependant, nous ne pouvons pas laisser passer sous silence ce passage tendancieux quand elle souligne que : « Les élections 2010 étaient l’un des atouts majeurs de la communauté impérialiste pour montrer sa réussite dans le pays. Le pouvoir Inite-Lespwa- Lavalas avait également compté sur ces élections pour assurer une continuité dans l’occupation, dans la dépendance et dans leur politique néolibéral ». Or la réalité telle que nous l’analysons, n’est pas diffi cile à cerner, elle ne prête à aucune équivoque. En fait, il nous est diffi cile de croire que le choix du mot Lavalas est fortuit dans le texte. Il a, en réalité, terni tout l’essentiel de la déclaration, d’autant qu’il paraît refl éter toute l’acrimonie acerbe de Batay Ouvriye contre Lavalas depuis 2003. On peut à titre d’information se référer à la Déclaration de celle-là, sur leur site, en date du 20 décembre 2003.<p> En fait, pourquoi cet amalgame, cette cacophonie ? Estce pour créer la confusion au sein des masses populaires ? Ce rapprochement inventé de l’Inite-Lespwa-Lavalas est il sincère et honnête quand les faits indiquent clairement que Lespwa d’une part et l’Inite d’autre part, deux entités qui représentent la même enseigne politique, ont été créés par le régime en place et cautionnés par les forces occupantes pour combattre le secteur Lavalas. Pour la simple et bonne raison que le camp Lavalas est le seul, jusqu’à preuve du contraire, à recevoir l’appui sans conditions de la grande majorité des masses haïtiennes. Et c’est dans cette perspective que les classes dominantes nationales et internationales l’ont catégoriquement exclu en deux occasions de la course électorale, sans compter les deux coups d’état qui ont antérieurement destitué les régimes Lavalas au pouvoir. Même quand certains individus opportunistes ont été achetés par Préval et recrutés au sein de l’Inite, cela ne saurait engager toute l’organisation Lavalas.<p> Ce panorama succinct ne serait pas complet sans évoquer la sainte alliance contre nature et pro-impérialiste de certaines de ces organisations, citées plus haut, avec la bourgeoisie corrompue et traditionnelle haïtienne pour concocter au sein du mouvement GNBiste lié au groupe184 d’Andy Apaid, de Charles Henri Baker, d’Evans Paul, Delpé et d’autres valets de l’impérialisme pour aboutir à la situation présente. Nous possédons des preuves concrètes que certaines organisations, comme Batay Ouvriye, avaient même reçu des sommes fabuleuses pour leur forfaiture en 2003, à savoir briser la résistance populaire du secteur Lavalas. Des millions de dollars ont été affectés pour abattre le régime d’alors et empêcher la célébration du Bicentenaire de notre indépendance.<p> Ces organisations n’ont, certes pas, le courage de dénoncer le pouvoir en place sans ne pas l’allier à un bouc émissaire. Car, pour elles, le secteur Inite-Lespwa qui n’a aucune représentativité populaire et qui dirige le pays sous le parapluie de Washington, n’est pas réellement leur problème, mais de préférence, leur mission c’est de continuer à abattre la vraie cible qui est le mouvement des masses que représente le secteur Lavalas.<p> Cette position dogmatique pour attribuer la responsabilité de la décadence actuelle au secteur Lavalas qui serait de mèche avec Préval et l’impérialisme est dénuée de tout fondement. C’est une pure accusation, gratuite par-dessus le marché. Ce n’est qu’une tentative cousue de fi l blanc pour masquer la réalité dégradante qui règne dans le pays et l’échec de la Communauté Internationale. Là se trouve le fond du problème. D’ailleurs, c’est bien Ricardo Seitenfus, représentant de l’OEA en Haïti qui vient de déclarer : « Haïti est la preuve de l’échec de l’aide internationale».<p> Est-ce une position juste quand ces organisations s’identifi ent au secteur progressiste et par-dessus le marché à la gauche révolutionnaire ? A notre avis, même quand elles auraient des divergences avec le secteur Lavalas, elles devraient prendre soin d’éviter que les masses ne les considèrent comme la droite dans la gauche.<p> Aujourd’hui notre devoir au sein du secteur progressiste est de travailler sur la question à savoir comment canaliser la force créatrice et révolutionnaire des masses populaires afi n qu’elles puissent venir renforcer les organisations de gauche, vu que le pays est soumis à un tel point au néo-colonialisme que celui-ci ne se distingue plus du colonialisme pur et simple. En ce sens, toutes les forces progressistes nationales doivent s’unir avec pour but premier de libérer le pays.
 
 
 
comments powered by Disqus
 
 
Home Page  |  Archives  Ad Rates / Tarifs Publicitaires  |  Subscription / Abonnement  |  Info  |  Contact
 
Copyright © 2009 Haiti Liberte. All rights reserved
Site Design and Hosted by: All in One Office, LLC